Publié le Laisser un commentaire

1

C’est un sujet tabou, rarement abordé car peu admis par les parents et les enfants, mais c’est la réalité de nombreuses familles : il existe des enfants et des adolescents qui agressent leurs parents. Jusqu’à présent, il y avait peu d’études et d’explications sur les raisons de ce comportement, mais pour la première fois, une nouvelle étude a analysé les facteurs qui conduisent à cette violence des enfants envers les parents.

« Il arrive que les adolescents agressent leurs parents parce que ces derniers ont eux-mêmes été violents envers les enfants ou entre eux. En étant exposés à la violence familiale, les enfants apprennent à être violents. D’autres fois, c’est le manque de communication affectueuse et positive entre les parents et leurs enfants, le manque de temps de qualité qui est consacré aux enfants, ou des styles parentaux permissifs qui n’imposent pas de limites », affirme Esther Calvete, auteur principal de l’étude et chercheuse à l’Université de Deusto.

Les travaux, publiés dans la revue Developmental Psychology, ont consisté à interroger 591 adolescents de neuf écoles secondaires publiques et onze privées de Biscaye pendant trois ans, ce qui a permis d’analyser la relation entre le narcissisme et l’agression dirigée contre les parents par leurs enfants.

« Dans certains cas, nous pouvons observer cet élément de narcissisme : il s’agit d’adolescents qui estiment qu’ils devraient avoir tout ce qu’ils veulent, ici et maintenant. Ils n’acceptent pas que l’on leur dise non. Lorsque leurs parents tentent d’établir des limites, les enfants réagissent de manière agressive », souligne Calvete.

Les résultats démontrent que l’exposition à la violence durant la première année de l’étude se solde par des agressions dirigées vers les parents durant la troisième année. De même, une relation distante entre les parents et les enfants au cours de la première année de l’étude était liée à une image narcissique et surdimensionnée de soi chez les adolescents au cours de la deuxième année, ce qui entraînait des agressions envers les pères et les mères au cours de la dernière année.

annonce

Pour cette raison, selon les scientifiques, les pratiques d’éducation et d’instruction sont essentielles. « Si les parents n’élèvent pas leurs enfants avec un sens des responsabilités et du respect, il est facile pour les enfants de développer des problèmes de comportement agressif. Si les parents ont été violents lorsque les enfants étaient petits, cela augmente le risque de comportement agressif chez les enfants », affirme l’expert.

Mais le comportement affiché par les pères et les mères n’est pas le seul élément. Le tempérament des enfants est un autre élément important, et certains garçons et filles sont plus impulsifs et apprennent plus facilement les comportements violents », ajoute-t-elle.

Colère incontrôlée

Ces jeunes ont facilement tendance à se sentir frustrés et rejetés…. Lorsque cela se produit, viennent d’abord les cris et les insultes, puis les agressions physiques. « Pour cette raison, lorsqu’un père ou une mère perçoit que son fils ou sa fille lui manque continuellement de respect, le menace et lui fait peur, c’est un signe qu’il doit agir et demander de l’aide », explique le scientifique du département de la personnalité, de l’évaluation et du traitement psychologique de l’université basque.

À titre d’exemple, dans l’étude, les auteurs relatent un courriel qu’une femme a envoyé à Brad J. Bushman de l’université d’Amsterdam (Pays-Bas), coauteur de l’étude. « Notre fils se considère comme étant au-dessus de tout. L’autre soir, je lui ai dit qu’il devait arrêter de se regarder dans le miroir, qu’il avait l’air bien. Et il s’est mis en colère. Son père lui a dit plus tard qu’il n’avait pas le droit de me parler de cette manière. Mais mon fils est devenu de plus en plus agressif verbalement, et la situation a dégénéré en violence. Il a frappé mon mari, qui se remet de côtes meurtries et d’une mâchoire cassée. Le problème est qu’il continue à penser qu’il a raison. Selon lui, c’est lui qui se sent menacé », a expliqué la mère.

Selon Calvete, l’agressivité — surtout entre 13 et 15 ans, un âge critique — se manifeste par de la rage et des comportements incontrôlés, dirigés vers des dommages physiques ou psychologiques aux parents. « Les adolescents peuvent également voler ou casser les biens de leurs parents », ajoute Calvete, qui précise qu’il n’y a pas de différence entre les garçons et les filles. « Bien que les statistiques montrent que le problème est de plus en plus répandu chez les filles. »

Une fois que le comportement agressif est apparu chez les adolescents, le traitement devrait être orienté vers la réduction de la vision narcissique qu’ils ont d’eux-mêmes…. Pour cette raison, l’équipe suggère « une éducation au respect et à la tolérance de la frustration, et d’éviter l’exposition des garçons et des filles à la violence. »

« Pensez à tous les cas de violence envers les femmes. Les garçons et les filles peuvent être témoins de la violence. Cet apprentissage est quelque chose qui doit faire l’objet d’une intervention et d’une prévention « , conclut Calvete.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *