Publié le Laisser un commentaire

Cinq raisons pour lesquelles les accords de paix d’Israël avec les EAU et Bahreïn sont importants

Copyright Reuters
Caption de l’image Le conseiller à la sécurité nationale d’Israël était à bord d’un vol historique vers les EAU le 1er septembre

Des délégations de haut niveau d’Israël et des EAU vont signer un accord de paix historique à la Maison Blanche mardi.délégations de haut niveau d’Israël et des Émirats arabes unis (EAU) signeront mardi à la Maison Blanche un accord de paix historique négocié par les États-Unis.

Le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn assistera à l’événement et signera son propre accord de normalisation des relations avec Israël, annoncé par le président Donald Trump la semaine dernière.

Voilà pourquoi ces accords sont importants.

Les États du Golfe voient des opportunités pour le commerce et plus encore

L’accord aide les ambitieux Émiriens, qui se sont construits en une puissance militaire ainsi qu’un endroit pour faire des affaires ou partir en vacances.

Il semble que les Américains aient aidé à sceller l’accord avec la promesse d’armes avancées que, dans le passé, les EAU ont à peine pu faire du lèche-vitrine. Il s’agit notamment du chasseur furtif F-35 et de l’avion de guerre électronique EA-18G Growler.

Les EAU ont utilisé leurs forces armées déjà bien équipées en Libye et au Yémen. Mais son ennemi potentiel le plus sérieux est l’Iran, juste de l’autre côté du Golfe.

Légende vidéo Jared Kushner : « Un nouveau scénario pour un nouveau Moyen-Orient »

Israël et les États-Unis partagent les soupçons des Émiriens à l’égard des Iraniens. C’est également le cas de Bahreïn. Jusqu’en 1969, l’Iran prétendait que Bahreïn faisait de plein droit partie de son territoire. Les dirigeants sunnites de Bahreïn considèrent également des sections de sa majorité chiite rétive comme une cinquième colonne potentielle pour l’Iran.

Les deux États du Golfe avaient déjà des liens à peine dissimulés avec Israël. Ils auront hâte de commercer ouvertement ; Israël possède l’un des secteurs de haute technologie les plus avancés au monde.

En période non covide, les Israéliens sont de fervents vacanciers qui auront à cœur d’explorer les déserts, les plages et les centres commerciaux du Golfe. C’est une bonne affaire sur toute la ligne.

Israël atténue son isolement régional

La normalisation des relations avec les EAU et Bahreïn est une véritable réussite pour les Israéliens.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est un adepte de la stratégie décrite pour la première fois dans les années 1920 d’un « Mur de fer » entre l’État juif et les Arabes.

L’idée est que la force israélienne finira par faire comprendre aux Arabes que leur seul choix est de reconnaître son existence.

Les Israéliens n’aiment pas être isolés au Moyen-Orient. La paix avec l’Égypte et la Jordanie n’a jamais été chaleureuse. Ils pourraient être plus optimistes quant aux futures relations avec les pays du Golfe, bien loin du cockpit de Jérusalem et des territoires occupés.

  • Israël ouvre un nouveau chapitre provisoire avec les Arabes du Golfe
  • Que dit le plan de Trump pour le Moyen-Orient sur les questions clés ?
  • Explicatif : Israël, l’annexion et la Cisjordanie

Le renforcement de l’alliance contre l’Iran est un autre gros atout. M. Netanyahu considère l’Iran comme l’ennemi numéro un d’Israël, comparant parfois ses dirigeants aux nazis. Il a mis en sourdine ses plaintes initiales concernant l’éventuel contrat d’armement des EAU.

M. Netanyahou est également assiégé, confronté à un procès pour corruption qui pourrait le conduire en prison. Sa gestion de la pandémie de coronavirus a bien commencé et a mal tourné. Les opposants organisent des rassemblements hebdomadaires devant sa résidence à Jérusalem.

Une cérémonie à la Maison Blanche ne pourrait pas tomber à un meilleur moment.

Donald Trump célèbre un coup de politique étrangère

L’accord fonctionne à plusieurs niveaux pour le président américain.

C’est un gros coup de pouce pour sa stratégie de « pression maximale » sur l’Iran. C’est aussi des munitions utiles, surtout en année électorale, pour étayer sa vantardise selon laquelle il est le meilleur négociateur du monde.

Image copyright Reuters
Caption de l’image Donald Trump a annoncé les soi-disant « accords d’Abraham » à la Maison Blanche en août

Tout ce qu’il fait qui profite à Israël, ou plus précisément le gouvernement de Benjamin Netanyahu, passe bien auprès des électeurs chrétiens évangéliques américains, une partie importante de sa base électorale.

L’alliance des « amis de l’Amérique » contre l’Iran devrait fonctionner plus facilement si les Arabes du Golfe peuvent être ouverts, plutôt que secrets, sur leurs relations avec Israël.

Le prétendu « accord du siècle » du président Trump pour faire la paix entre Israël et les Palestiniens est un échec.

Mais les « accords d’Abraham », comme on appelle l’accord entre Israël et les EAU, constituent un changement significatif dans l’équilibre des forces au Moyen-Orient et sont présentés par la Maison Blanche de Trump comme un coup majeur de politique étrangère.

Les Palestiniens se sentent trahis

Une fois de plus, ils se retrouvent avec la cuillère en bois.

Ils ont condamné les accords d’Abraham comme une trahison. Le nouvel accord rompt un consensus arabe de longue date selon lequel le prix de relations normales avec Israël était l’indépendance pour les Palestiniens.

Mais maintenant, Israël cimente de nouvelles relations publiques avec les États arabes alors que les Palestiniens croupissent toujours sous l’occupation à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, et dans ce qui équivaut à une prison ouverte à Gaza.

Le prince héritier d’Abu Dhabi Mohammed bin Zayed Al Nahyan, le dirigeant de facto des EAU, affirme que son prix pour l’accord était l’accord d’Israël pour arrêter l’annexion de grandes parties de la Cisjordanie.

Image copyright Reuters
Caption de l’image Les dirigeants palestiniens ont dénoncé les démarches des deux pays du Golfe pour normaliser les liens avec Israël

Mais le Premier ministre Netanyahu semblait avoir reculé devant cette idée, pour l’instant du moins, en raison d’une pression internationale écrasante. Les Emiratis lui ont offert une porte de sortie de ce qui était devenu un cul-de-sac politique embarrassant.

La nervosité palestinienne va s’accroître maintenant que Bahreïn a rejoint l’accord.

Cela ne serait jamais arrivé sans l’approbation de l’Arabie saoudite. Les Saoudiens sont les auteurs du plan de paix arabe qui exigeait l’indépendance palestinienne.

Le statut du roi Salman en tant que gardien des deux sanctuaires les plus sacrés de l’Islam lui confère une énorme autorité. Il est peu probable qu’il reconnaisse soudainement Israël.

Son fils et héritier, Mohammed bin Salman, pourrait être moins réticent.

L’Iran a un nouveau casse-tête stratégique

L’accord a été vertement condamné par les dirigeants iraniens.

C’est plus que de la rhétorique. Les accords d’Abraham les ont mis sous une pression supplémentaire.

Les sanctions du président Trump causent déjà une réelle douleur économique. Maintenant, ils ont aussi un mal de tête stratégique.

Copyright EPA
Caption de l’image L’accord des EAU avec Israël a déclenché des protestations en Iran

Les bases aériennes domestiques d’Israël sont à un long vol de l’Iran. Celles des Émirats arabes unis sont juste de l’autre côté des eaux du Golfe. Cela serait très significatif si l’on recommençait à parler de frappes aériennes contre les sites nucléaires iraniens.

Israël, les États-Unis, Bahreïn et les EAU disposent d’une série de nouvelles options.

Les Iraniens constatent que leur marge de manœuvre a été réduite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *